Les fibres pour l’impression textile

Ce sont moins des matériels pour le flocage textile mais ce sont de bonne fibres alternatives.

Fibres actuelles : Fibres synthétiques :

Les plus connus sont le polyester et le polyamide. Comme les fibres synthétiques sont principalement fabriquées à partir du pétrole, elles ont le plus grand impact sur l’environnement. La consommation d’énergie de la production est deux fois plus élevée que celle du coton et la consommation de pétrole est énorme.

Cependant, comme il est possible d’en faire des fibres aux propriétés très différentes, elles sont très populaires. En 2003, cependant, des fibres synthétiques ont été produites pour la première fois à partir de matières premières renouvelables telles que le maïs. Les fibres synthétiques peuvent désormais être également fabriquées à partir du soja.

Cependant, il faut garder un œil sur la façon dont le maïs et le soja sont plantés et savoir s’il s’agit d’organismes génétiquement modifiés.

 

Fibres alternatives algues brunes (algues marines) :

Les algues brunes poussent dans les fjords islandais et peuvent être utilisées pour fabriquer des substances protectrices et anti-inflammatoires pour la peau.

En effet, elles contiennent beaucoup de vitamines et de minéraux, qui sont préservés dans la fibre des algues. Tous les quatre ans, des machines de récolte spéciales coupent juste assez pour que la partie supérieure de la feuille d’algue puisse repousser – les plantes sont ainsi préservées Les feuilles d’algue sont séchées, broyées et moulues avant d’être transformées avec la cellulose naturelle en fibres “SeaCell”.

Ils sont entièrement biodégradables. Il existe déjà des vêtements, des textiles d’intérieur et des cosmétiques fabriqués à partir d’algues brunes.

 

Fibres alternatives : Cuir de poisson :

Le cuir de saumon dit “nanai” de Salmo Leather est créé à partir des déchets de l’élevage du saumon. Elle est douce, fine et fluide et son grain fin rappelle celui du serpent ou de l’alligator. Les poissons utilisés proviennent d’élevages de saumons biologiques allemands certifiés et sont tannés sans chrome.

Cela permet de protéger l’environnement et de préserver la pigmentation et la structure de la peau. Le cuir de saumon “nanai” est teint avec des agents de tannage purement végétaux et des colorants à base d’eau. Le cuir de saumon étant également très robuste, il est également utilisé pour recouvrir les sièges de voiture et les meubles. L’industrie textile a également déjà découvert le cuir de saumon : il existe des vestes, des hauts de corset ou des chaussures en ce cuir, des fauteuils, des abat-jour ou des bords de tapis ainsi que des sacs à dos.

 

Fibres alternatives :

Rien qu’en Allemagne, environ deux millions de tonnes de lait sont éliminées chaque année. Qmilk en utilise une partie : l’entreprise produit des fibres souples et soyeuses à partir du lait devenu aigre ou de la centrifugation des fromageries. La microbiologiste et designer Anke Domaske a mis au point le processus de production d’un biopolymère à partir de la caséine, protéine du lait, qui est la pierre angulaire de la fibre Qmilk. Il est donc composé à 100 % de matières premières renouvelables et naturelles et est respirant, antibactérien et régulateur de température.


Fibres alternatives : Tyvek :

Matériau de construction Mis au point dans les années 1960 par la société Dupont, il y a quelques années, la société Tywear, basée à Halle, en a développé et breveté un fil. La fibre est très légère, douce, respirable et antiallergique. Le tyvek est une membrane qui ressemble à du papier au toucher et à l’aspect. La membrane est en plastique, mais elle est entièrement recyclable : les vêtements Tywear usagés peuvent être échangés dans l’entreprise et recyclés jusqu’à cinq fois en nouvelles fibres Tyvek.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *